Paulette LLINARES nous a quitté dans la nuit du 15 Septembre 2017 à l'âge de 85 ans ... Enterrement mercredi 20 Septembre à ALBI 14h15 en l'Eglise de La Madeleine

TENES - 1830 - 1962

Cliquer ici pour La Page Principale



Cliquez sur le Thème qui vous intéresse



INFORMATIONS : Le VILLAGE :
Les HABITANTS : TENESIENS par :
Les FAMILLES : SOUVENIRS :
RETROUVAILLES : NOSTALGIE :

Les TENESIENS victimes d'Attentats



Revenir à l'accueil général
AÏT Saïd Ouvrier à la DRS - la 1ère victime du terrorisme à Ténès - Assassiné le 15 Novembre 1954
ALLEMAND Paul Assassiné dans son bureau à la SAP
ATTARD Robert Directeur du Crédit Agricole d'Orléansville - Fanatique de pêche sous-marine
tué par des tireurs embusqués sur la falaise au-dessus de lui le 17/8/1959
alors qu'il péchait près du phare de Ténès - Son fils a été blessé
BANON Paul Assassiné le 30 septembre 1959 sur la route entre Alger et Berrouaghia
BANON Jean-Paul Assassiné à la ferme TROFIMOFF au GUELTA le 30/3/1961
BANON André 28 ans, fils de BANON Paul et VIDAL Carmen (Ferme TROFIMOFF) - Il est parti le 8 mai 1962 d'Alger
à bord d'un camion immatriculé 704 G 94 accompagné d'un ouvrier Saïdi Abdelkader, dit Daka
en direction du Guelta. Sa famille ne l'a plus jamais revu
Trois autres personnes : le garde-champêtre Mohamed HASFAOUI , un ouvrier agricole
(peut-être SAIDANI Mohamed , déjà torturé en 1957, lors de l'incendie de la ferme
car il avait voulu libérer le bétail enfermé dans l'écurie) et un ancien harki
désarmé par les militaires français et qui avait trouvé refuge dans cette ferme
(peut-être KAILOUS Mohamed dit Pépiou), ont été enlevés par le FLN ...
BAUZOU Fernand Ingénieur à la DRS - Assassiné en 1957 dans sa jeep d'une rafale de mitraillette
en se rendant à La Vierge - Son adjoint, Mr PERNOT, qui conduisait est sorti indemme
BEAUSSIER Henri Assassiné le 23.8.1957 au cours d'une partie de chasse
BEAUSSIER Jean Fils d'Henri, assassiné le 23.8.1957 avec son père Henri
BEVANCON Assassiné le 25/10/1956 route d'Orléansville
BOISSON Jean Agriculteur, assassiné
CARTEAUX Thiburce blessé 2 fois à la guerre 14/18 - Atteint de 11 balles lors d'un premier attentat à Chassériau - Assassiné en 1961
COCO Le GUELTA - La Mort de COCO - L'embuscade a eu lieu en fin d'apres midi entre la ferme MILLICHER et Bordj-Baach.
La propriété de COCO était sur la route de Paul Robert. COCO accompagné de VITTI et de HAFSAOUI, enlevé ulterieurment,
circulaient en 4 cv. Cela s'est passé a 4 ou 5 kms de notre maison. Je ne sais pour quelles raisons mes frères
Jean-Paul et André avaient décidé d'aller poser une mine éclairante dans le jardin situé a 1 Km de la maison
le long de l'oued. Jean-Paul installait la mine et je le regardais faire. André était 40 m plus loin et arrosait
à l'aide d'un moteur installé là à demeure. Soudain un cou de feu retentit. Nous rejoigons André soutenant HAFSAOUI.
Ce dernier avait réussi à s'échapper ... Nous rentrons à la maison. Je suis resté sur place et mes frères
ont emmené HAFSAOUI à la Gendarmerie. A leur retour ils prennent leur fusils et vont terminer l'installation
de de la mine. Nous dinons tous les 3. ATMAN, un ouvrier qui dormait avec nous dans le blocaus, dit :
"ils" arrivent, la mine vient de sauter. Nous montons dans blocaus par l'échelle mobile. On me met
dans un coin de la ferme ! Mes frères appellent dans la nuit et reçoivent un écho. Il s'agit de VITTI
qui s'étant lui aussi échappé arrive par l'oued et a fait péter la mine. Jean-Paul et ANDRE descendent
du blocaus pour le récupérer et jette la grenade dégoupillée qu'il tenait à la main.
Puis tout le monde va se coucher. Ce n'est que le lendemain que le corps de COCO sera retrouvé. Récit de Philippe BANON
COUTURIER Paul 14 ans - Enlevé en juin 1962, jamais retrouvé
COUTURIER Henri 18 ans - Enlevé en juin 1962, jamais retrouvé
ESPI Manuel Assassiné à Francis-Garnier le 4 Mars 1962
GARCIA Pépé et Mme Agriculteurs ... assassinés dans leur ferme le 3/11/1956
GARCIA Ouvrier dans l'entreprise Pitolette - Il venait d'ORAN - Assassiné
GRIVE Famille 13 Mars 1957 - La ferme GRIVE attaquée à POINTE-ROUGE - Mme GRIVE et ses 2 fils égorgés et mutilés
HAFSAOUI Mohamed Enlevé par le FLN au GUELTA le 8 Août 1962 - Jamais retrouvé
JAMES Garde Forrestier - Assassiné le 6/12/1956 vers 14h sur la route de Francis-Garnier à 2kms de TENES
KAILOUS Mohamed "Pépiou" - Enlevé par le FLN au GUELTA le 8 Août 1962
LEFEVRE Paul Cousin à Robert DESSOLIER, assassiné sur son tracteur le 8 mars 1957
Le FLN avait demandé à un ouvrier de la ferme de tuer Robert DESSOLIERS
Le tueur désigné, étant un copain de jeu de Robert, aurait décidé au dernier moment
de tuer LEFEVRE à sa place
LEMIERE Pierre Chef de district Eaux et Forêts - Assassiné par un de ses employés le 5/6/1959
LOPEZ Florent Gardien du cimetière - Assassiné dans sa maison au cimetière le 25/2/1957
MARTINEZ Directeur de la Platrière de CHASSERIAU - Jeté dans le four par ses ouvriers
MERAOUI Employé communal - Assassiné
MERAOUI Sergent Harki - Assassiné sur la route de la Cité d'Urgence par DJEBOUR Djila
MOU Gérant de la ferme FAIVRE à EL MARSA - Assassiné probablement en 1962
MUNIER Gaby Lâchement assassiné le 22.7.1957 à la plage du Thalassa
MUNIER Mme Mère de MUNIER Charles - Lâchement assassinée
ORFILA Michel Assassiné à MONTENOTTE le 30 Mai 1957
PAYSSERAND Robert Enlevé le 23 Août 1957 au cours de la partie de chasse avec BEAUSSIER
a tenté de s'enfuir quand la bande rebelle qui l'avait enlevé a été accrochée
Tué dans le dos par un fellagha qui a son tour a été abattu pas ses compagnons
Enterré sur place avec les 2 mains qui dépassaient de terre afin qu'on retrouve son corps
dans la région du Guelta au dessus de la ferme BANON
RAZI François Employé par GASSIER chez qui il résidait avec sa famille dans une partie de la maison située route de Cherchell
Son assassinat était une vengeance parce qu'il avait déjoué auparavant un attentat contre GASSIER
Bien que blessé il lui avait sauvé la vie en tirant sur les fellaghas
Ce crime s'’est produit sur la route de Kalloul qu’'il empruntait
pour aller travailler sur la propriété GASSIER
RODRIGUEZ Louis Assassiné le 16.1.1957 à la cave
SAADA Aït Travaillait à la restauration des Sols, assassiné le 17/11/1956
SAUTIER Etienne Ingénieur agricole - Assassiné avec sa femme à la ferme DESSOLIER le 8 Mars 1957
SAIDANI Mohamed "Touati" - Enlevé par le FLN au GUELTA le 8 Août 1962
SEROR Claude assassiné le 10.12.1956 vers 18h, hémophile, mourut dans les bras de Moïse STREET
SILVE Octave Sauvagement assassiné dans sa ferme de Pointe-Rouge en mars 1957
SILVE Edmond Sauvagement assassiné dans sa ferme en mars 1957
SILVE Mathilde 76 ans - Sauvagement assassinée dans sa ferme en mars 1957
TCHI-TCHI Juillet 1962, emmené dans les gorges de Montenotte, arrosé d'essence et brulé vif
THELA Ali 23/08/57 : Victime d'un attentat à 14 heures devant son domicile Avenue Maréchal Foch
TORDO Gérard Lieutenant - Epoux d'Annie JONET - Footballeur à l'GST
Mort au combat le 19/5/1960 dans le djebel Bissa à la t^te de KIMONO 36
TORREGROSA Auguste Assassiné le 26.6.1959 vers 11h dans son jardin route de Mostaganem
Il avait déjà fait l'objet de plusieurs attentats auparavant dont un en livrant le pain
à la Cité d'Urgence. Il avait été blessé au bras et une fillette avait été tuée par une balle perdue
et son fils Jacques avait poursuivi en vain son agresseur
TREZIERE Mme Enlevée et Assassinée après le 19 mars 1962
TROFIMOFF Georges Assassiné le 13 Mai 1960 pendant les moissons au GUELTA
VICIDOMINI André Assassiné le 9.1.1959 en se rendant à son travail au Phare de Ténès
WOLF Henri Enlevé fin juillet 1962 puis assassiné début Août 1962
X Agent de police musulman tué en contrôlant un suspect, terroriste abattu
X Agent de police musulman tué en contrôlant un suspect, terroriste abattu






LES ATTENTATS MANQUES              Revenir au début



FERRER Diégo blessé le 17/4/1957 par un terroriste près du cimetière
THELLA Ali 23 Août 1957 à 14 h : Victime d'un attentat devant son domicile avenue de Mal FOCH
THELLA Robert échappa à son tueur en tournant autour du tronc d'un eucalyptus route d'Alger
BAUZOU Raoul et Mme Légèrement blessés le 25 Novembre 1956 par ALIMERINA et BENSALI Hassan
qui devaient exécuter un attentat pour rejoindre le maquis.
Après l'indépendance on a appris que Djillali COUSINA rencontre ce soir-là
les deux tueurs. Etonné par leur présence à cette heure et à cet endroit il leur demande :
Qu'est-ce que vous faites-là à cette heure ? «On attend "NOUNOURS" et "JEANNOT" pour les tuer avant
de prendre le maquis». Mais vous êtes fous, vous n'allez pas tuer des gens comme eux ?
Ce sont des braves types qui ne s'occupent que de leur travail. Allez ... laissez ces gens tranquilles
Et c'est comme cela que les deux assassins se rabattirent sur le couple BAUZOU. Nounours et Jeannot
ne se doutent peut-être pas qu'ils doivent leur vie à Djillali COUSINA !
XICLUNA Henri Le "Maltais" a été agressé chez lui pendant le repas de midi. Il doit sa vie à l'opiniâtreté de sa fille
Francine qui se rua sur l'assassin avec énergie en utilisant tout ce qui lui tombait
sous la main !
BERGONZOLI Frères Victimes d'une embuscade au virage de chez BIRGI. Ils revenaient tous deux de chez MEYER où
ils avaient chargé du sable pour un client - 137 impacts de balles dans la cabine ! Un miracle.
BIRGI Paul Exactement au même endroit et à quelques semaines d'intervalle - Encore la chance !
ROSET Théodore Victime d’un attentat dans ses vignes au lieu-dit BOUKANDAK le 13/6/1959 à Montenotte.
Terrassé dès les premiers coups de feu, il a le droit au coup de grâce.
Le fellagha qui est au-dessus de lui le "balaye" d'une rafale pour l'achever. Il s'en réchappera !
Blessé (11 balles) il récupère sa Traction-Avant et fait le trajet de 10 kms
pour s'évanouir devant l'entrée de l'hapital de Ténès.
Ensuite il fût transporté à l'hopital Militaire d'Orléansville et sauvé
Adjudant CHEF BONNET Un spécialiste du renseignement rompu à ce genre d'épreuve. Un tueur surgit de derrière un pilier
du café MAURE situé juste en face de la caserne et fait feu.
Il est blessé sérieusement mais reprendra très vite ses occupations
MEYSSONNAT Henri Une balle lui a frôlé la tête puis le revolver s'est enrayé
Son fils Lucien poursuivra les 2 terroristes en vain jusqu'au Vieux-Ténès
L'agresseur principal était RAFFA Mohamed. Reconnu et arrété il niera les faits
C'était la parole d'un vieil homme contre celle d'un tueur. Qui l'emportera d'après vous ?
RAFFA rejoindra un maquis FLN avec son ami DJORDEM, Goal du GST
YVARS Joseph Joseph YVARS rentrait à son domicile 11 rue des Frères JANER le 13 Novembre 1956 vers 18h30.
Un tueur caché derrière un ficus vide son chargeur sur lui
Il est atteint de 4 balles dont une à la tête. Deux de ses enfants, Joseph et Henri, descendent
immédiatement en entendant les coups de feu. Joseph YVARS était à genoux, le képi à terre.
Il pleuvait. Il avait son pistolet de service en main, un 7,65 dont il n'avait pas eu la force
d'enlever le cran de sûreté. Il était ruisselant de sang, le trottoir était aussi rouge de sang.
Henri revoit aujourd'hui les images comme si c'était hier. Cheriff et Belkacem l'ont monté au
premier étage de son domicile et l'ont allongé sur le lit. Ils lui ont donné les premiers soins
avec l'aide de sa mère. Qu'ils en soient remerciés, ils ont été vraiment formidables.
Joseph YVARS fut transporté à Orléansville de nuit par un jeune Commissaire de Police
Michel BAROIN qui avait seulement 25 ans...
Il s'occupa personnellement de Joseph YVARS et de sa famille durant tout leur calvaire
Quand Joseph YVARS sort de l'hôpital, il est hémiplégique du côté droit.
Il a subi plusieurs opérations à Orléansvile et à Alger. La balle la plus destructrice est celle
reçue à la tête. Quelques temps après, son état s'améliorant, il a voulu à tout prix reprendre
du service, il ne voulait pas que l'on dise qu'il était dépendant de l'Etat et de l'argent des
contribuables. Il restera toujours handicapé
Il sera affecté au Commissariat de Limoux, dans l'Aude puis se retirera avec son épouse à Hyères
dans le Var. Joseph YVARS décédera le 13 février 1969 à l'Hôpital Militaire Sainte Anne de Toulon
après plusieurs hospitalisations et dans de pénibles souffrances
Ce fût le premier attentat à Ténès
YVARS Antoine Frère de Joseph - Lui se trouve par malchance dans le car d'Orléansville-Ténès que les fellaghas
interceptent - Il est pris en otage et amené par ses ravisseurs vers le djebel
Dernier de la file indienne, il en profite pour fausser compagnie sous le feu nourri
que déclenche sa fuite et s'en sortira miraculeusement
Reviendra les pieds nus et en sang à Ténès
MAZARS Père Il échappera à un attentat dans des conditions dont on ne se souvient plus
MARTIN Clément Sa voiture a été mitraillée dans les Gorges en 1958 - Il avait 3 passagers - Pas de victime
BORJA Louis Victime d'un attentat sur la "route des villas" alors qu'il rejoignait son domicile
Il sorti indemne de cette épreuve
VITTI Gino Blessé lors de l'assassinat de COCO sur la Route de Pointe-Rouge
Ahmed DJEBBOUR Victime d'un attentat sur la route de la ferme MUNIER près de la Vierge le 4.12.1956.
Il doit son salut d'après lui à la protection de la Vierge. Le futur député n'est à l'époque
que livreur de lait - Il y eut aussi une 2ème tentative d'assassinat contre lui à Paris
alors qu'il était en compagnie de Jacques SOUSTELLE
MUNIER Père et Fils
et COLLONGUES Emile
Tous trois victimes d'un attentat le 3.1.1958, route de KHALLOUL
puis le 12.7.1958 dans les gorges de Ténès. Ils s'en sortent grâce à leur riposte
Ces mêmes personnes échapperont encore une fois le 21.12.1959 à un autre genre d'attentat ...
Un obus piégé découvert par miracle sur le chemin menant à la ferme
DAHRMANE Tahar Chauffeur de TAXI - Grièvement blessé en 1959 par des terroristes lors de l'attaque du car de Ténès/Flatters
Edouard RONCHETTI et sa femme Un couple de retraités qui habitait près de l'hôtel transatlantique. Des gens sympas sans histoires
apparentés aux BADO et qui avaient une passion : la marche à pied - On les retrouvait tous les jours
à des endroits aussi différents qu'inattendus. Ce jour-là près du centre FPA le 7/6/1959
« Doudou » et sa compagne, se promenaient route d'Alger puis décidaient de faire un tour
vers les jardins où habitaient les BACLE. C'est en ces lieux isolés, qu'ils sont pris
à partie par une bande d'adolescents en furie, avides d'indépendance et surtout avides
de tuer du "ROUMI" . L'affaire se corse très vite et notre Doudou que l'on dit pas manchot,
se trouve dans l'obligation d'utiliser son arme pour se dégager. L'effet est immédiat,
les intrus se dispersent comme une volée de moineaux. Mais l'arme s'enraye. Cela n'échappe
pas aux agresseurs et c'est la catastrophe. Les voyous se ruent vers ces deux pauvres vieux
qu'ils vont battre furieusement et n'abandonner qu'en pensant qu'ils sont morts !
Heureusement il n'en est rien . Il faudra bien du temps au couple pour retrouver ses esprits
son dynamisme et ses habitudes. Encore deux Ténésiens qui reviennent de loin !
INGLADA Louis INGLADA Louis à cette époque c'est le Bar Novelty.
1er attentat : Le juge CASSAN, le Commissaire Fernand BARTOLINI, discutent autour d'un verre
AMZERT, fils de ce fameux pêcheur ivrogne invétéré , entre dans le bar accompagné d'un gamin de 4/5 ans
qui porte un panier. Il est si petit que personne derrière le comptoir ne le remarque.
AMZERT feint de demander après Mr INGLADA alors qu'il sait très bien que ce dernier est absent
Les deux compères se retirent en "oubliant" le panier qui contient un obus de mortier de 80 mm
Deux minutes plus tard c'est la déflagration. Heureusement les consommateurs sont assez loin de l'explosion
le bar pratiquement vide et le barman bien protégé par le comptoir. Aucun blessé, dégâts matériels importants
AMZERT est arrêté dans la soirée, il reconnaîtra les faits, sera condamné et libéré en 1962
2 ème attentat : Notre sympathique ''Loulou'' ne se décourage pas pour si peu. Il change ses vitres, ses glaces
et rénove. Quelques mois plus tard, l'établissement est plein comme un oeuf, les militaires se mêlent
à la clientèle habituelle, la séance de cinéma va bientôt commencer. Les gens rient, parlent à haute voix
ils vivent tout simplement comme tout le monde. On a déjà oublié le premier attentat et plus encore l'état
de guerre qui règne partout dans tout le pays. Un jeune arabe, le fils du muet MENDIL, passe en courant
et balance une grenade défensive. Après l'explosion s'en suit une scène d'affolement et de panique où
dans la fumée se mêle les cris des blessés. Dix-sept militaires seront atteints par des éclats dans le dos
"Blaky" le marchand de brochettes aura la jambe fracturée par le bouchon de la grenade et les poumons
perforés par des éclats. Claude BRASSEUR qui se trouvait là aurait tiré sur le fugitif sans succés
11/12/1956 Mme BOISSON (infirmière), un jeune musulman et Mr SEROR Blessés - Claude SEROR décèdera
1957 Grenade dans la maison de la famille PAYSERAND - 3 blessés : Jacqueline, Jocelyne, René
16/08/1958 Mitraillage de la plage de Ténès depuis les hauteurs environnantes
La femme de Francis Beaussier a eu l'avant bras traversé par une balle
Le bilan aurait été plus lourd si les terroristes n'avaient pas oublié de dégoupiller leurs grenades
18/09/1959 Le policier Yves CAZORIA est arrété pour avoir livré une mitraillette aux terroristes
1960 LOFFREDO Marius Antoine blessé sur le port par un mitraillage venu des hauteurs
Christian LAFAGE 4 Avril 1961, non loin de CAVAIGNAC
Il devait rallier la SAS de CAVAIGNAC. Son scooter étant tombé en panne, il est monté à
l'arrière d'un camion militaire du 22ème RI. Sur la piste de Béni-Tamou une quinzaine de terroristes
avaient tendu une embuscade. les premières voitures forcent le passage mais le camion est arrété par un fell
Le chauffeur musulman vide son chargeur sur le hors la loi devant lui et court se protéger
Accompagné d'un appelé rentrant de permission, ils tirent au jugé sur les rebelles qui arrosaient copieusement
le convoi. Ils réussissent à atteindre une colline. le chauffeur et l'Appelé étaient blessés
Ils réussiront à tenir les HLL à distance jusqu'à l'arrivée des renforts
Il était temps, ils étaient épuisés et sans munitions







MILITAIRES METROPOLITAINS MORTS pour la FRANCE à TENES -      Revenir au début



Revenir à l'accueil général
Les embuscades : En 1956, 3 embuscades : 33 morts
En 1957, 5 embuscades : 82 morts dont un pilote d’avion
En 1958, 3 embuscades : 40 morts et 2 prisonniers
Novembre 1956 Un convoi fut attaqué entre Le Guelta et El Marsa, près de Ténès
Douze militaires et deux civils furent tués dont le père PFISTER, curé du village de Rabelais
À partir de cette date, cette liaison ne fut plus assurée de façon régulière
et la zone du Guelta fut déclarée interdite
BOUCHERAL 24/02/1958 Embuscade : 24 militaires tués, et 2 prisonniers.
L'un d'eux, Musulman, a été assassiné le lendemain, l'autre, Jean GUIRRIEC, a été emmené prisonnier
au MAROC et libéré quelque temps plus tard
TENES 10/06/1958 Embuscade : 16 militaires tués
AUDOUIN Denis Né le 8/5/1938 - tué au combat le 9/2/1959
BERNARD Jean-Pierre Né le 8/5/1938 - Peloton 702 - Tué au combat dans le Dahra le 9/2/1959
BONVOISIN Jean-Jules-Ernest né en 1935 à Etaples, sergent au 1/22e RI, mort le 24 février 1958 dans le secteur de Montenotte
BOURGIN Vital Carabinier au 5ème bataillon de chasseurs d’Orléans
fils de Benoit et de Michelle Gonnet, âgé de 33 ans - Décédé le 21 décembre 1845 à 12 heures
à l'hôpital militaire de Ténès suite à une fracture à la cuisse dûe à des coups de feu
CHAPOULAUD Armand Adjudant-chef, né le 14/10/1921 Tué au combat le 19/1/1959 sur la route du phare
CHAMPEAU Né en 1923 - Capitaine commandant la 3ème Cie du 22ème RI à CHASSERIAU (KIMONO 36) - Tué avec son chauffeur dans une ambuscade en 1958
DIMEO Tony Né le 20/8/1936 - Tué au combat à TENES le 24/2/1958
FOURCADE André Lieutenant - Né le 24/3/1914 - Tué au combat le 28/12/1958
GARBE Michel-Henri-Joseph Né le 7/4/1937 à HAVERSKERQUE - 2ème classe au bataillon du génie de l'Air
Mort pour la France le 9 janvier 1959 sur la route de Ténès
GELLE Emilien-Charles né en 1905 au RONSOY (80), Lieutenant-Colonel, Cdt en second du 22ème RI, blessé mortellement
par l'explosion d'un engin piégé le 26/07/1958 sur la route de Ténès à Pointe-Rouge
Le convoi du Colonel a été arrêté sur la route par une équipe de déminage assurant l'ouverture de celle-ci.
Il s'agissait de jeunes recrues travaillant pour la première fois en déminage réel et ils allaient lentement.
Le Colonel s'est impatienté, est descendu de son véhicule pour leur demander d'aller plus vite.
Il les a légèrement débordés et a malencontreusement marché sur une mine de grande puissance
(un obus piégé). Il est mort sur le coup le 26/7/1958
LABARUSSIAS Pierre Louis 1er mort du GT535 - Maréchal des Logis - Tué le 31 Août 1956 à Ténès - Il avait 23 ans
LACASSIN Michel Infirmier - Tué dans l'embuscade du 9 Décembre 1959 sur la route du phare
LEFEVRE Roger Capitaine d'Infanterie - Né en 1920 - Tué dans le Dhara près de Ténès le 14/10/1960
NAVARRO Emile Originaire de Perpignan - Né le 2/8/1936 - Sergent d'active - Tué au combat le 4/7/1958 à la grotte du Veau Marin
PORTMANN Capitaine - Assassiné le 01/08/57 sur la route de Pointe Rouge alors qu'il circulait seul dans sa 403
vers sa SAS malgré les mises en garde - Son père était Sénateur en GIRONDE
TELMON Sergent au 22ème RI - Tué au combat
VIARD Louis Né en 1932 à ste SUZANNE sur VIRE - Tué en 1956 à Oued Mélah (Ténès)
WICK Joseph 22ème RI - Décédé à l'hopital de Ténès le 21/11/1850 (Choléra)
GRANDIDIER Sergent Chef au Commando GUILLAUME dans le secteur de TENES - En juin 1960 au cours d'une opération héliportée a été blessé gravement et évacué par hélicoptère







TENESIENS MORTS pour la FRANCE      Revenir au début



Revenir à l'accueil général
BENSAÏD Joseph Né le 22 Janvier 1890 à TENES - Sergent à la guerre de 14/18
Mort de maladie (broncho pneumonie) à KESNA en SERBIE le 5 Novembre 1918
AMBROSINO Manuel Né à TENES le 9 Février 1895 - Habitait rue de la Colonie
Disparu en mer à bord du batiment Amiral CHARNER le 8 Février 1916
BERNE Joseph Instituteur à Ténès - Tué à Seddul Bahr en 1915
BLANCO Henri Vincent Né à TENES le 19 Février 1886 - Adjudant au Régiment de Zouaves "Orient" - Tué à SLIVICA en SERBIE le 14 Novembre 1916
BLANCO Pierre Né à TENES - Militaire de Carrière - Tué en Indochine
BUIGUES Antoine Victor Né à TENES le 22 Mars 1887 - 5ème Régiment de Chasseurs d'Afrique - Tué à FONTAINES aux CHARMES (MARNE) le 30 Juillet 1915
CAMILLERI Salvatore Café Appolon, cinéma NOVELTY - Disparu à la guerre à BISCHOTTE (BELGIQUE) le 10 Novembre 1914
CARTEAUX Thiburce Blessé 2 fois à la guerre 14/18 - Atteint de 11 balles lors d'un premier attentat à Chassériau - Assassiné en 1961
CERVERA Georges Marius Militaire - Disparu en Indochine en 1952 d ans une embuscade
CHANTEAU Ernest Né à COMPIEGNE le 12 Août 1883 - Demeurant à TENES - Soldat au 3ème Régiment de Zouaves
Mort pour la FRANCE le 27 décembre 1914 à ECURIE dans le PAS de CALAIS
CHOUKROUN Chebabi Né le 21 Juillet à ALGER - Demeurant à TENES - Soldat au 7ème Régiment de Zouaves
Mort pour la France le 15 Janvier 1915 à ROCLINCOURT (PAS de CALAIS)
DALIBON René Grand-Père de René DALIBON (instituteur) - Tué en 1917
DALIBON René (Petit-Fils) A perdu un bras à la guerre de 39/45
DELBANO Antoine Joseph Né à TENES le 21 Septembre 1880 - Soldat au 4ème Zouaves - Tué à LIZERNE (BELGIQUE) le 26 Avril 1915
DELBANO Joseph Gabriel Né le 8 Juillet 1895 à ORLEANSVILLE - Guerre de 14/18 au 2ème Régiment d'Afrique
Mort des suites de ses blessures le 28 Juin 1915 à bord du "Ceylan"-
DJABRIA Mohamed Né en 1883 à Keumès, commune de Ténès - Soldat 9e Tirailleurs Algériens 8e Cie
Tué au front le 29/04/1916 à ZOSSEN (Allemagne)
ESPI Lucien Mort pour la France à 20 ans le 13/7/1916 à SALONIQUE
ESPOSITO René Fils de Jean et Rosalie - Frère de Jeanne ESPOSITO - Epoux CARRILLO Angèle
Mort pour la France le 13/11/1943 à BRON (Rhône)
ESPOSITO Vincent Dominique Né à TENES le 19 Février 1884 - Soldat de 2ème classe au 4ème Colonial - Mort à la Guerre le 31 Mai 1914
à bord du navire hopital "CANADA" des suites de ses blessures
FURNIELES Jean Baldiniero Né le 13 février 1887 à Ténès - Mort pour la France le 08 novembre 1916 à Pressoir dans la Somme
GARCIA Gabriel "Gaby" - Fils d'Aimé - Mort à la Guerre 39/45 en Italie
GARCIA Raymond Né à TENES le 29 Janvier 1885 - 2ème classe au 3ème Régiment de Zouaves
Mort pour la France à ILET SANS (BELGIQUE) le 13 Juin 1915
JANER Louis Eugène Né le 21 mai 1891 à TENES - Disparu le 5 Décembre 1914 à DRIE-GRACHTEN (BELGIQUE)
JANER René Antoine Né le 26 Juin 1892 à TENES - Disparu au combat le 21 Décembre 1914 au Bois Mard (Oise)
KAROUSSE Maklouf Né le 25 Décembre 1890 à TENES - Soldat au 7ème RTA - Tué à l'ennemi le 17 Juin 1915 à NEUVILLE sur VAAST (Calais)
LACURIE Alexandre Edouard Né à Oued El Alleug le 15 Décembre 1884 - Demeurant à TENES - Caporal au 4ème ZOUAVES - Tué le 10 Mars 1915 à NIEUPORT (BELGIQUE)
LAVAL Jean Joseph Né le 14 Mars 1888 à MONLEYDIER (Dordogne) - En garnison à TENES - Sous lieutenant au 3ème régiment de Zouaves
Mort pour la FRANCE le 15 Janvier 1915 à ECURIE (PAS de CALAIS)
LAGIER Lucien Né à TENES le 19 Juillet 1895 - Caporal au 1er RTA - Mort pour la France le 22 Août 1914 à CHATELET en BELGIQUE
LEDESMA Joseph Né le 29 Décembre 1891 à TENES - Habitait MONTENOTTE - Tué à la guerre 14/18 le 13 Mars 1917 à ST DIZIER (52)
LEMOINE Georges Né à TENES le 27 Novembre 1888 - Médecin aide Major au 2ème Régiment de Marche d'Afrique
Mort pour la France le 11 Janvier 1917 au Rivage Sud d'Ochrida (ALBANIE)
LOFFREDO Gabriel Georges Né à TENES le 15 Décembre 1899 - Incorporé au 2ème Régiment de Marche d'Afrique
Mort pour la France le 19 Avril 1917 à DIOHVO en SERBIE
MASSE Paul A perdu une Jambe à la guerre de 39/45
MIGUEL Gabriel Instituteur à Ténès - Tué en Tunisie en 1943
MONTABRIC Eugène (fils) Pendant son service militaire à Colomb-Béchard, en Mars 1962, le camion qui le transportait
a sauté sur une mine - Il est mort à l'Hopital Mustapha
MONTES Lucien Mort pour la France en 14/18
MONTES Julien Né à MUSTAPHA LE 28 Avril 1878 - Demeurant à TENES - Soldat au 1er Régiment de Zouaves
Mort pour la France le 21 Août 1918 à BLERANCOURT (AISNE)
MORANTE Gaëtano Paul Né le 26 Janvier 1882 à TENES - Incorporé au 1er Régiment de Zouaves / Tirailleurs
Mort pour la France le 6 Octobre 1915 à MAISONS de CHAMPAGNE (MARNE)
ORTHIS Antoine Né à ORLEANSVILLE le 5 Février 1891 - Demeurant à TENES - Soldat au 1er Régiment de Zouaves
Mort pour la France le 11 Février 1915 à NIEUPORT-BAINS en BELGIQUE
PERES Pierre Né le 8 Juin 1890 à TENES - Incorporé au 8ème Régiment de Zouaves
Mort pour la France le 10 Juillet 1916 à ASSERVILLERS dans la SOMME
PEREZ Joseph Vincent Né le 4 Novembre 1893 à TENES - Incorporé au 2ème Régiment de Zouaves
Mort pour la France le 28 Avril 1915 au Canal de l'Yser en BELGIQUE
PEUGNIER Mr Instituteur - Mort à la guerre
PICOT Mr Tué à la guerre 14/18
PUGLIESE Michel Né à TENES le 17 Juin 1887 - Caporal au 2ème Régiment de Marche d'Afrique
Mort pour la France le 2 Mai 1915 (?) aux DARDANELLES
RODRIGUEZ Martial Prisonnier évadé et mort dans la Forêt Noire
RUSSO Antoine Né le 8 Mars 1897 à TENES - Matelot militaire sur le chalutier "TUBEREUSE" - Disparu en mer le 5 décembre 1917
SILES Louis Antonio Né à TATFAMANN dans l'ALGEROIS le 2 Février 1891 - Demeurant à TENES - Caporal au 4ème Zouaves de Marche
Mort pour la FRANCE le 16 Avril 1917 à VANDRESSE TROYON (AISNE)
WEBER Edouard Né le 7 Février 1895 à TARZOUT - Habitait MONTENOTTE - Tué à la guerre 14/18 le 7 Novembre 1915 à KOSTURINO (BULGARIE)



Contact Site 1318912 Visiteurs - Médiagestion© 2005-2017